Le parc de la résidence comtale du Quesnoy

Bon nombre de châteaux disposent au Moyen Age d’un parc que l’on assimilerait aujourd’hui à un « espace vert ». Pour ne prendre qu’un exemple, le château comtal situé à Le Quesnoy, à proximité de la forêt de Mormal n’est pas en reste. On ne peut manquer alors de se demander dans quelle mesure et selon quelles modalités cet environnement a été façonné. Les travaux menés par les historien et archéologue A. Salamagne et F. Duceppe-Lamarre sur la structure et les fonctions du parc du Quesnoy, permettent de comprendre aujourd’hui l’enjeu politique représenté par  ce parc.

La création du parc ou bois du Gard est synchrone de celle de la ville neuve du Quesnoy. Il fut visiblement aménagé pour la mise en valeur de la forêt de Mormal (réseaux de canaux et viviers). La structure de ce parc nous est connue à partir du XIVe siècle, lors des travaux entrepris par Albert de Bavière. Tout comme le parc d’Hesdin, cette structure a une double fonction : lieu d’ébattement et réserve cynégétique. Il s’étend au sud du château sur 400 hectares[1]. A son extrémité, une enceinte longue de 5 kilomètres, constituée de murs de grès et de brique. Cette enceinte était percée de trois portes charretières, dites portes de Ruesne, Ravenchière et du Buteau.

Qualifiés dans la 1ère moitié du XIVe siècle de « Gardin Madame » en l’honneur de la comtesse Marguerite de Hainaut, et par la suite de « gardin le comte », les jardins étaient situés à l’extérieur et au sud du château dont ils étaient séparés par les fossés. Il semble bien que jusqu’aux années 1350-1380 ils n’aient été fermés, côté château que par un simple mur, vers le Gard par des palissades. On accédait au jardin directement du château par une passerelle franchissant les fossés. De cette entrée on pouvait gagner plusieurs jardins séparés par des palissades percées de portes. On y trouvait successivement :

–        Le jardin « a porée » c’est-à-dire à légumes, situé contre les fossés du château et où l’on cultivait entre autres les choux

–        Le courtil « ortillerech » pour les pois et les fèves, qui étaient entouré de haies. Chaque printemps pour le couril « ortillerech » diverses semences d’oignons, poireaux, persil, blette, choux, laitues, fenouil sont achetées et présentes dans les comptes

–        Le jardin fruitier planté de poiriers, pommiers, un autre planté de pruniers, cerisiers et poiriers.

L’entretien courant des courtils était assuré par une main d’œuvre féminine si ce n’est les grosses tâches confiées à des manœuvres. Plus à l’est se trouvaient le jardin de plaisance, préaux ou parterres de gazon qui enserraient souvent des massifs floraux, entourés de leurs palissades et de leurs haies. Des allées conduisaient aux vignobles situés à l’extérieur des murs du jardin.  Près des vignobles se trouvait le jardin aux herbes médicinales (bourrache…) et aux fraisiers.

[1] SALAMAGNE (Alain), 2008,  Op. Cit., p.140


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.