Le parc de la résidence comtale du Quesnoy

Bon nombre de châteaux disposent au Moyen Age d’un parc que l’on assimilerait aujourd’hui à un « espace vert ». Pour ne prendre qu’un exemple, le château comtal situé à Le Quesnoy, à proximité de la forêt de Mormal n’est pas en reste. On ne peut manquer alors de se demander dans quelle mesure et selon quelles modalités cet environnement a été façonné. Les travaux menés par les historien et archéologue A. Salamagne et F. Duceppe-Lamarre sur la structure et les fonctions du parc du Quesnoy, permettent de comprendre aujourd’hui l’enjeu politique représenté par  ce parc.

La création du parc ou bois du Gard est synchrone de celle de la ville neuve du Quesnoy. Il fut visiblement aménagé pour la mise en valeur de la forêt de Mormal (réseaux de canaux et viviers). La structure de ce parc nous est connue à partir du XIVe siècle, lors des travaux entrepris par Albert de Bavière. Tout comme le parc d’Hesdin, cette structure a une double fonction : lieu d’ébattement et réserve cynégétique. Il s’étend au sud du château sur 400 hectares[1]. A son extrémité, une enceinte longue de 5 kilomètres, constituée de murs de grès et de brique. Cette enceinte était percée de trois portes charretières, dites portes de Ruesne, Ravenchière et du Buteau.

Qualifiés dans la 1ère moitié du XIVe siècle de « Gardin Madame » en l’honneur de la comtesse Marguerite de Hainaut, et par la suite de « gardin le comte », les jardins étaient situés à l’extérieur et au sud du château dont ils étaient séparés par les fossés. Il semble bien que jusqu’aux années 1350-1380 ils n’aient été fermés, côté château que par un simple mur, vers le Gard par des palissades. On accédait au jardin directement du château par une passerelle franchissant les fossés. De cette entrée on pouvait gagner plusieurs jardins séparés par des palissades percées de portes. On y trouvait successivement :

–        Le jardin « a porée » c’est-à-dire à légumes, situé contre les fossés du château et où l’on cultivait entre autres les choux

–        Le courtil « ortillerech » pour les pois et les fèves, qui étaient entouré de haies. Chaque printemps pour le couril « ortillerech » diverses semences d’oignons, poireaux, persil, blette, choux, laitues, fenouil sont achetées et présentes dans les comptes

–        Le jardin fruitier planté de poiriers, pommiers, un autre planté de pruniers, cerisiers et poiriers.

L’entretien courant des courtils était assuré par une main d’œuvre féminine si ce n’est les grosses tâches confiées à des manœuvres. Plus à l’est se trouvaient le jardin de plaisance, préaux ou parterres de gazon qui enserraient souvent des massifs floraux, entourés de leurs palissades et de leurs haies. Des allées conduisaient aux vignobles situés à l’extérieur des murs du jardin.  Près des vignobles se trouvait le jardin aux herbes médicinales (bourrache…) et aux fraisiers.

[1] SALAMAGNE (Alain), 2008,  Op. Cit., p.140

Etat de la forêt de Mormal en 1679

Le 19 mai 1635, est proclamée la déclaration de guerre de la France aux Pays-Bas. Cette entrée du Hainaut dans la guerre de Trente ans n’est pas une surprise, car depuis plus d’un siècle, Français et Espagnols s’affrontent. Cette guerre fait naître une nouvelle « exploitation » des forêts : le bois de garnison. En 1678, la forêt de Mormal est devenue pleinement française. Louis XIV envoie ses commissaires réformateurs des forêts faire état de la nouvelle acquisition royale…

 

Source : L’Atlas de Trudaine

A la fin des années 1730, soit un demi-siècle après une phase de renouveau de la politique routière engagée par Jean-Baptiste Colbert (ministre de Louis XIV), la question des routes fait son grand retour. L’état de celles-ci est inquiétant et peu de provinces sont épargnées. Le roi de France demande à ce que soit fait un atlas des routes de France : l’Atlas de Trudaine ( famille Trudaine : ingénieurs cartographes). Les routes royales de Valenciennes ne sont pas couvertes en intégralité (imposition). Cette province est stratégique pour le pouvoir car elle comprend de nombreuses places fortes. L’ingénieur Charles Trudaine met également un point d’honneur à relever les éléments stratégiques (bois, rivières…) à 300 mètres de chaque côté des routes. C’est ainsi que sur cette illustration nous voyons Liessies, les haie de Sivry et d’Avesnes ainsi que les « Bruyères » : zone de pâturage communal.
Source illustration : culture.gouv.fr

Le bornage de la forêt de Mormal après l’annexion française

Titre de la police et conservation des Forest, Eaux et Rivieres. Article IV  « Tous les riverains possedant bois joignant nos forests et buissons, seront tenus de les separer des nostres par des fossez, ayant quatre pieds de largeur et cinq pieds de profondeur, qu’ils entretiendront en cet estat a peine de reunion ». Article V « Nos officiers des Maistrises faisant leurs visites feront mention dans leurs procés verbaux de l’estat des bornes et fossez entre Nous et les riverains et reparer les entreprises et changemens qu’ils reconnoitront y avoir este faits depuis leur derniere visite ».

Ces dispositions ont été les premières à être appliquées par la maîtrise du Quesnoy, nouvellement créée. Dès les premières années suivant l’annexion française, les officiers de la maîtrise se sont attachés à enregistrer les preuves d’héritages circonvoisins de la forêt de Mormal, à réaliser des visites générales et à procéder au bornage de cette forêt comme en 1671 : « De plus la forest estant decide et demeurante au profit de sa majeste il sera tres necessaire que les officiers face une chevauchee tout au pourtour d’icelle, pour y retablir les anciennes bornes et faire relever tous les fossez et faire refaire les hayes que les guerres ont ruinez entierement et qui ont causez que les habitans voisins de la forest ont eu bien des endroits usurpez et avancez leur jardins hayes et heritages dans la dite forest. En y faisant de la sorte une visite tres exacte, il ny a point de doute qu’on retablissoit toute chose » (Archives départementales du Nord : ADN)

Mais ce n’est qu’en 1684 que Jean-Baptiste Le Feron du Plessis ordonne que soit « enjoint a tous les proprietaires des heritages situez le long de la forest de Mormal et chaussees en dependantes et y tenant comme aussi des heritages enclaves en la dite forest quils nont point appose au greffe de la maîtrise des eaux et forest du Hainaut establi au Quesnoy, les titres en vertu de quoy ils jouissent desdits heritages ainsi que leur a este sy devant ordonne par trois differentes fois » (ADN), suite à un arrêt du conseil du roi du 10 juin 1684 ordonnant de procéder incessamment au bornage de la forêt de Mormal.

Le 31 août 1685, le bornage de la forêt de Mormal est achevé : « nous avons fait la designation dudit bornage au mois daoust dernier accompagne des officiers de la Maistris du Quesnoy et apres que Chandellier arpenteur a plante le nombre des bornes portees au dit proces verbal de designation » (ADN). Tel que l’indique le plan de bornage de Louis et Claude  Chandellier, l’ensemble des bornes est placé aux lisières de la forêt de Mormal ainsi qu’aux limites des enclaves de Locquignol, de Grande Pâture et L’Hermitage .

Bibliothèque Nationale de France – Gallica

Jean Baptiste Le Feron du Plessis demande alors que les fossés permettant de séparer les biens du roi de ceux des particuliers soient réalisés dans les six mois : « nous ordonnons que conformement a lordonnance du mois daoust 1669 (…) pour les riverains joignant icelle forest de Mormal seront tenus en dedans six mois de sperar leurs dit heritages dans la forest, par un fosse ajout de quatre pieds de largeur et cinq de profondeur quils entretiendront en cet estat, leur permettront de planter des haies vives sur les bords diceulx » (ADN).

Ces dispositifs de bornage, affirmation visuelle de la propriété royale,  traduisent bien la volonté de maîtrise non seulement de l’espace en général mais d’un espace dans une zone frontière, nouvellement acquis.

Tout un mécanisme de contrôle de ces bornes a été instauré. Il est ainsi fait appel à la surveillance des voisins possédant un héritage en lisière de forêt de Mormal ; ceux-ci doivent prévenir d’éventuels méfaits qui peuvent être commis sur les bornes comme en 1686 à Berlaimont à proximité de la forêt de Mormal : « Supplie humblement Charles Bertrand habitant de Berlemont disant qu’il n’ont a bail de Charles Bavay demeurant audit Berlemont quelques heritages entre autres un jardin joignant la forest de Mourmal et comme depuis deux mois ou environ on a mis des bornes allentour de la dite forest avec ordre aux voisins d’avertir les gardes ou sergents de la die forest sils se prevenoient que ceux qui possedent des heritages joignant icelle transplantassent lesdites bornes pour accroistre leur heritage. La femme du suppliant et deux de ses enfants ayant surpris le matin du jour Saint Etienne de (…) et la transplantois de pres de [30] pieds en avant dans le bois, elle en fit sa declaration come on l’avoir ordonne » (ADN).

Une forêt « militarisée »…

Une forêt militarisée… Les forêts de l’Avesnois ont été intensément utilisées lors des guerres des XVe- XVIIIe siècles, notamment lors de l’affrontement de Malplaquet le 11 septembre 1709 (territoire de l’actuelle commune de Taisnières-sur-Hon). Ce dernier oppose les forces autrichiennes aux Français, qui ne perdent que très peu d’hommes contrairement aux alliés. Une fois ces derniers battus, les Français se replient sur Bavay et Valenciennes. Le plan réalisé par Bruchmann (Bibliothèque Nationale de France), démontre la proximité de cette bataille avec les massifs forestiers de la Lanière et de la Grande Lanière. Il est facile d’imaginer les conséquences de cet affrontement à la fois pour les peuplements forestiers (prise de bois par les garnisons,…) et les activités économiques qui en découlent : « la couppe de la reserve de leur bois de Goegnies Chaussée. Cette reserve contient douze arpents et demi elle est situee a deux lieues de Maubeuge et cincq du Quesnoy en bon fond plantee d’un taillis de charmes, aulnes, coudres et bois blanc, les anciens balliveaux ont été coupee en 1709 par les armees campees a Malplaquet » (Archives départementales du Nord)

Bibliothèque Nationale de France

Lorsque le bétail se promène en forêt…

La forêt au Moyen Age et à l’époque moderne est un lieu où se croisent animaux sauvages et animaux domestiques, activités cynégétiques et activités d’élevage, où se superposent et s’opposent des intérêts divers et contradictoires : préservation du grand gibier pour la chasse ou défense des droits des cheptels des communautés paysannes, exploitation usagère ou rentabilité des profits.
Pour les paysans médiévaux comme de l’Ancien Régime, l’espace forestier est un lieu « relais » au terroir cultivé, pour l’élevage des bovins et des équidés, le moyen de suppléer l’absence de grandes prairies naturelles, le moyen également d’engraisser facilement les porcs. La forêt est intégrée au système agro-pastoral comme le montre cette lettre du châtelain du Cateau- Cambrésis adressée à l’évêque de Cambrai, témoignant de l’importance capitale de la forêt pastorale : « Sans le secours, privés de tous paturages, près et communaux, entoures de bois, les habitants se voient dans la dure necessite de se defaire de leur bestiaux, sans lesquels neanmoins ils ne peuvent vivre ni faire subsister leur famille. (…) d’un autre cote, manquant de fumure ils ne pourront donner a l’avenir les engrais necessaires aux terres qu’ils tiennent a bail de votre excellence qui fait bien vivre le village » (Archives Départementales du Nord : ADN).
A partir du XVe siècle apparaissent dans les ordonnances des comtes de Hainaut et autres seigneuries, des restrictions de l’activité pastorale portant tant sur les espèces autorisées à paître que sur les modalités de pâturage : en 1535 en fagne de Trélon où sont définitivement exclus moutons et chèvres jugés trop destructeurs : « Come navoient este lesdite blanches bestes [chèvres, moutons…] qui peult causer la destruction de leurs dit aisements [pâturage commun]» (Archives privées Merode – Trélon). Les communautés rurales ont alors recours à d’autres espaces pour le pâturage : le bocage.
Le « pasturaige des bestes a cornes » désigne la possibilité dont disposent les communautés rurales et certains privilégiés, d’envoyer leurs cheptels (bovins et équidés) tant en forêt que sur les prés, ou sur les terres en friches (appelées warechaix ou aisements), moyennant une redevance annuelle.
Ce droit d’usage est cependant réglementé, un certain nombre de règles encadrent en effet le pâturage. Les coutumes de Hainaut et diverses ordonnances ne cessent de les rappeler témoignant de la prise de conscience de l’impact du pâturage sur les peuplements actuels et à venir. L’ordonnance de Philippe le Beau datée de 1499, en est un exemple : « Pour ce qui est au moyen du paisnage, qui eu lieu au proffit de lempereur asdit bois des bestes y rampoyent [pâturent] qui cause la destruction de la raspe par ce que les bestes prennent le get [jet = jeune pousse]” (ADN).
Toutes ces législations insistent sur la fermeture à la dépaissance sur toute l’étendue des cantons nouvellement coupés afin de laisser au jeune bois le temps de repousser, de respecter le temps de régénération -de l’ordre de trois à seize ans- selon les massifs forestiers, le plus généralement 7 à 8 ans.

L’ordonnance de 1669, appliquée tardivement en Avesnois,  reprend ce cantonnement du pâturage et la protection de la régénération en intégrant d’autres éléments  telles les modalités de la garde des troupeaux, qui pouvaient être présents auparavant mais que la documentation écrite ne laisse guère apercevoir. D’après le titre dix-neuvième des droits de pâturage et panage de l’ordonnance des Eaux et Forêts de 1669- article 3- « les bestiaux puissent être menés et gardés séparément sans mélange de troupeaux d’autres lieux, le tout à peine de confiscation des bestiaux et d’amende arbitraire contre les pâtres ».

Ainsi comme en bien d’autres régions, l’espace de dépaissance était strictement réglementé ; mais comment cette réglementation s’inscrivait-elle dans le paysage ? Aucun élément dans la documentation écrite ne laisse supposer qu’il y avait un bornage spécifique une fois la zone choisie.

Retracer les dynamiques paysagères de l’Avesnois : une approche en recherche-création

Dès le début du XXe siècle, la géographie française est la première à prendre en considération le paysage en tant qu’objet d’étude (VIDAL DE LA BLACHE, 1913). Par le concept de possibilisme, le paysage est conçu comme le résultat des actions anthropiques s’adaptant à leur environnement naturel. Par cette approche, le géographe pouvait donc distinguer les éléments naturels des aspects culturels. Cette idée s’oppose au déterminisme accordant une place prééminente au milieu physique dans l’analyse des caractéristiques d’une société (caractères sociaux, économiques…). Les années 1970-1980 marquent un véritable tournant dans la conceptualisation du paysage. À la suite du géographe Georges Bertrand (1975), le paysage est désormais considéré comme un objet « hybride », pouvant être observé par les sciences naturelles et les sciences sociales. Cette notion permet notamment un rapprochement entre la Géographie et les sciences historiques, ces dernières hésitant jusqu’alors à étudier le paysage. Il crée ainsi un « objet d’étude ternaire » – géosystème-territoire -paysage – permettant de considérer le paysage comme un concept évolutif et dynamique. De cette conception ternaire résulte une analyse de la dynamique du paysage en quatre points : les processus naturels, les aménagements humains, les perceptions et les idéologies (BERTRAND, 1968). Cette notion de paysage est riche et complexe à la fois : – Le paysage peut être considéré comme un système expliqué par le géographe, l’historien, le géologue, l’écologue… Il prend en considération trois facteurs : abiotique (physique, chimie), biotique (biologie) et anthropique que l’on peut considérer à différentes échelles de temps et d’espace. – Il peut aussi être analysé par la perspective culturelle avec ses filtres de perception et d’interprétation. Le paysage a une dimension esthétique forte, il est d’abord appréhendé visuellement, mais les parfums, les textures, les sons modifient la perception de l’observateur. Le paysage est finalement une double « vue » (BRUNET, 1974) qui s’offre au regard : vue d’un espace physique que l’Homme peut étudier  pour ses caractéristiques propres (climat, relief…), mais aussi vue que l’Homme perçoit et ressent différemment au fil du temps. Dès que la dimension esthétique est prise en considération, l’analyse paysagère est subjective, ce qui laisse à penser que le paysage peut exister à travers le regard de l’historien : « La subjectivité de l’observateur qui regarde un paysage en fonction des questions que ses goûts ou sa profession l’amène à poser. Ceci autorise à imaginer qu’un paysage peut aussi exister à travers le regard d’un historien » (ANTOINE, 2002 : 70).

Cependant, le seul regard de l’historien ne peut suffire lorsqu’il s’agit de reconstituer les dynamiques d’un paysage hérité de l’action des hommes. Certes, l’historien dispose d’un ensemble d’outils qui lui permettent, dans un premier temps, d’analyser les sources historiques, puis de percevoir les dynamiques paysagères du territoire d’étude. Le paysage étant une conception visuelle et sensible, il semble important pour l’historien de visualiser ces dynamiques, de représenter les relations homme-milieu. Mais comment parvenir à représenter concrètement les résultats issus du traitement des documents d’archives ? C’est en ce point que le plasticien apporte sa contribution. Par sa conception sensible et à partir de l’analyse commune des données historiques (biotiques et anthropiques), il construit avec l’historien différents scénarios de dynamiques paysagères en Avesnois. Mais comment combiner la théorie à la sensibilité afin de parvenir à une démarche transversale entre l’historien et le plasticien ?

1. Les sources historiques

L’historien travaille les documents d’archives comme le plasticien transforme la matière, elles sont la référence de tout travail historique. Afin de révéler véritablement les « respirations » (accélérations, ruptures…) du paysage forestier de l’Avesnois au cours de la période d’étude, l’historien se doit de recueillir un panel de sources représentatif tant spatialement que temporellement. Elles apportent des informations tant sur les caractéristiques physiques des milieux (localisation plus ou moins approximative des massifs forestiers, superficie de ces derniers, compositions faunistique et floristique, climat) que sur l’action des hommes (contexte historique, propriété foncière, traitements et exploitations sylvicoles…) pouvant engendrer la dynamique des milieux forestiers.

L’intérêt de cette reconstitution paysagère est de représenter en 4 scénarios illustrés la relation hommemilieu aux deux périodes limitant le cadre temporel d’étude, à savoir les XIVe et XVIIe siècles, et de percevoir en parallèle les dynamiques paysagères engendrées par cette relation homme-milieu, tout en plaçant les éléments naturels (climat, faune, flore) apportés par les sources historiques. Tous ces paramètres sont positionnés de manière à respecter à la fois les « lois de la nature » et les indices paysagers produits par la donnée historique de manière à retranscrire un état de la nature en un temps donné. Un travail de statistiques était néanmoins préalablement nécessaire. Toutes les mentions d’essence, de faune, d’événements climatiques ou humains (guerres, peste, pâturage des porcs appelé paisson ou pâturage des chevaux, bovins, chasse…) pouvant impacter les massifs forestiers ont été classées par thématique.

Une fois ces marqueurs et dynamiques paysagers définis, il fallait caractériser la structure de cette reconstitution historique du paysage de l’Avesnois. Le choix a été fait de produire 4 scénarios illustrés : printemps/été du XIVe siècle, automne/hiver du XIVe siècle, printemps/été du XVIIe siècle, automne/hiver du XVIIe siècle. Cette structuration permet une imbrication des échelles temporelles : les évolutions saisonnières de la nature et les dynamiques sur le temps long. Afin d’aller plus en avant dans cette étude paysagère, l’objectif a été d’intégrer la perspective culturelle que le plasticien, par ses filtres de perceptions, peut apporter. C’est sur cette idée que la démarche transversale se crée entre Histoire et Arts Plastiques, entre objectivité et subjectivité,

2. Rapports entre la recherche artistique et la reconstitution d’un paysage « inconnu » 

Le paysage est un environnement évolutif, en mutation permanente comme notre mental. C’est un espace qui nous paraît familier tout en n’étant jamais identique, comme les hommes chaque jour. La présence d’essences variées, l’agencement des reliefs nous indiquent approximativement l’emplacement géographique. Le plasticien formalise ses émotions pour qu’elles existent tout comme la nature évolue pour sa survie. Le travail initial a été d’assimiler un ensemble de connaissances historiques, écologiques (fonctionnement des essences, structuration d’une lisière…) à partir de recherches personnelles et d’échanges fructueux avec l’historien. Afin d’éviter certains anachronismes et incohérences, je devais réunir toutes ces données hétérogènes dans mon esprit et les restituer de manière homogène sous la forme visuelle. J’ai uni la formalisation de ma réalité filtrée à celle imaginée en me basant sur des données littéraires et des reproductions de peintures médiévales. La méthode de transcription s’organise dans la réalisation de croquis à partir d’éléments réels tout en les complétant de façon logique en suivant le même principe d’un puzzle à reconstituer. La recherche artistique s’appuie sur un mode opératoire précis qui articule des techniques variées selon les besoins. Le croquis que je définis comme dessin rapide est un moyen pour comprendre l’essentiel du sujet étudié. Le crayon de bois est prohibé car inapproprié et le stylo convient parfaitement, il est mon médium de prédilection. En effet le choix n’est pas anodin : l’encre immarcescible incite à se focaliser sur l’essentiel et non sur la modification d’ « erreurs » de représentation comme on peut s’y attarder en les gommant. Il est nécessaire d’accepter l’imperfection puisque la nature elle-même est imparfaite. Le dessin permet d’assimiler le sujet retranscrit, il agit comme un repère et la peinture insuffle de la vie, du relief dans la superposition des pigments, dans le jeu des masses d’ombre et de lumière, d’opacité et de transparence, de nuances des teintes… La production picturale génère une dimension supplémentaire à l’image grâce à l’interaction entre la production et le spectateur : c’est la profondeur virtuelle car mentale. Le succès d’une œuvre réside dans sa « communicabilité du sensible » : « Est beau ce qui plaît universellement et sans concept » (KANT, 1790 : 55). Le sensible, ou réception du monde qui nous entoure par les sens, est ce qu’il y a de moins communicable dans le système kantien de la pensée. Pour pouvoir être communiqué, il doit passer par un jugement. Le jugement esthétique est fondé sur le beau, jugement de goût objectif à prétention universelle, fondé sur des caractères universels qui se trouvent dans les œuvres d’art et la manière de les juger. Mais le succès d’une œuvre résiderait-il dans la manière dont elle se fait juger ? Il dépendrait alors de la sensibilité déclenchée chez le spectateur. L’illusion de volume s’établit dans le traitement de l’image par l’œil et confère à la planéité du support la tridimensionnalité virtuelle. Cet espace n’est pas visible et n’existe pas en tant que tel ; il réside dans l’œil du « regardeur » (par exemple chez les impressionnistes, la technique consiste à juxtaposer deux couleurs pour créer l’illusion d’une troisième : bleu à côté du jaune donne le vert). Selon moi, une image agit comme un signe, un indice dont l’activation de données supplémentaires devient possible dans l’interaction sensible du spectateur. L’image n’est pas plus l’objet représenté que la carte n’est le territoire. En effet, il s’agit d’une synthèse de l’Est et de l’Ouest du paysage Avesnois médiéval représenté sous la forme de quatre croquis. Au sein de ces quatre scénarios sont agglomérés des espacetemps et des degrés de réalité variés : association d’éléments actuels (bosquets résiduels, essences en lisière de forêt) et d’éléments du passé non visibles (architecture des maisons du XIVe siècle, costumes de l’époque). La retranscription visuelle d’objets disparus a été inspirée par des archives validées, des textes explicatifs (PASTOUREAU, 1993). Ici, l’imaginaire suit une logique afin d’apporter une cohérence parmi tous ces éléments épars.

Peintures à l’huile. Ornella BON, Plasticienne

Le point de vue entre ces quatre illustrations est identique, afin de mettre en exergue les changements opérés dans le temps et dans l’espace. Au premier plan sont présentés le pâturage, le réseau de chemins et la lisière forestière à droite, éléments essentiels du travail historique. Au second plan à gauche, se dresse le village entouré de champs (blé, orge…) et de structures humaines et naturelles évolutives (bosquets résiduels, forge…). En arrière-plan s’étendent la forêt et la démonstration de son évolution spatiale à travers le temps. Cette mise en forme est le fruit d’innombrables heures d’observations autant visuelles que sur le comportement des éléments « naturels ». En agençant de manière pertinente les éléments naturels, elle forme une représentation vraisemblable d’un paysage.

De prime abord, les domaines historique et artistique semblent s’opposer. Alors que le but de l’historien est d’appréhender le passé pour comprendre le présent et proposer des scénarios d’évolution, celui du plasticien revient à fusionner sa sensibilité, son vécu avec l’espace réel. Mais par l’échange s’appuyant sur un intérêt mutuel, par l’adaptation au vocabulaire spécifique des deux disciplines afin d’en comprendre les enjeux, la démarche croisée se construit. L’historien recueille les données, les analyse et en les observant les met en perspective critique tout en ayant soin de se dégager de sa subjectivité. Le plasticien tente quant à lui de ressentir le monde, de comprendre son fonctionnement à partir de son intuition et de son émotion. Il imagine ce que peut être le monde et il n’affirme rien. Le regard sensible donne une forme esthétique au rationnel et le rationnel organise les impressions du plasticien. Cette association fructueuse a pu se réaliser grâce à une compréhension tacite, une interaction entre deux parties partageant un intérêt égal qui optimise l’échange.

Les sergents forestiers d’autrefois : amis ou ennemis?

Les forêts de l’Avesnois sont les propriétés de grands seigneurs hennuyers (Hainaut) et notamment du comte de Hainaut. Ces derniers ont cherché très rapidement des moyens leur permettant de protéger efficacement leur domaine. A partir du XIVe siècle, se met en place une “police” des bois appelée “Bailliage des bois” dirigée par le bailli des bois. Cette “police” hiérarchisée se compose d’un bailli – proche du comte de Hainaut-, de lieutenants – en charge d’un massif forestier – et de sergents forestiers – officiers subalternes-. Le bailliage des bois de Hainaut doit surveiller les forêts, faire respecter les ordonnances concernant les bois mais aussi les exploiter économiquement (organisation des coupes et ventes de bois, du pâturage forestier…).
Ces sergents forestiers – à pied ou à cheval -sont les relais entre les décisions officielles du comte et les volontés des populations. Imaginez à quel point leur position peut être délicate…. Dès le XVIe siècle, ces sergents forestiers sont d’ailleurs autorisés à “porter une arme”. Il s’agit là d’une prérogative originale puisque dans le royaume de France les officiers forestiers portent une arme à partir de 1669 – code forestier du ministre Colbert-.
Les exactions contre ces représentants de la loi sont relativement rares d’après les sources historiques. Il est possible que seuls les actes de grand ampleur ait été notifiés par l’administration. En 1543, un dénommé Henin Breton habitant Englefontaine commet plusieurs méfaits envers les sergents forestiers (menaces). Le lieutenant de Mormal envoie alors 2 sergents forestiers et 2 “aydes” le récupérer au cabaret du village. Ce dernier n’est pas d’humeur à se laisser faire et blesse au couteau l’un des sergents. Le lieutenant envoie alors 7 autres sergents et 4 “aydes” pour le récupérer, ce dernier est emmené à la prison du Quesnoy, interrogé, torturé, il est pendu en 1543 par l’exécuteur de justice criminelle de Valenciennes.
Une honnêteté relative :
Traquant le moindre délit ou fermant les yeux sur d’éventuelles fautes, la position du forestier n’est pas commode. Les malversations des sergents sont connues grâce aux ordonnances. En 1458, Philippe le Bon précise que les sergents forestiers commettent des « excez, abus et desrisions que ils faisoient journellement a nos subgetz ».
Certains d’entre eux ont été démis de leurs fonctions pour fautes professionnelles, c’est le cas notamment en 1618 de Robert du Trieu sergent forestier de Mormal, resté pourtant en fonction 64 années. Le cas le plus grave rencontré dans les sources, semble être celui de Gilles Damerbes et de ses compagnons accusés d’avoir coupé et revendu du bois à plusieurs reprises en forêt de Mormal. Tous les sergents de Mormal sont invités par le bailli des bois à « realiser une espedition punitive de la Sainte Larme » pour expiation de leurs méfaits. Pour autant ce pèlerinage à Vendôme fut de courte durée, la forêt ne pouvant rester sans garde.
Dans l’ensemble, ces faits sont peu fréquents, les forestiers semblent s’être acquittés convenablement de leurs devoirs, du moins les sources exploitées ne laissent transparaître que très peu de procès contre les agents subalternes de l’administration forestière.

L’arbre fruitier en Avesnois : une tradition arboricole ancienne

Le site de l’ancienne abbaye de Liessies – abbaye bénédictine fondée en 750 et détruite à la période révolutionnaire dont il ne reste en bâti que les écuries et le bûcher aux moines – est un véritable écrin d’histoire et de nature. Ce site de 48 ha est en effet intégré aux espaces naturels sensibles du conseil général du Nord. De nombreuses espèces (libellules, papillons, oiseaux, amphibiens…) se développent dans les zones humides, profitant ainsi de conditions biologiques favorables.
Le parc départemental de Liessies a fait l’objet de rénovations au cours de la dernière décennie, et est aujourd’hui accessible au public. Il se compose d’étangs (celui de la Forge, par exemple, déjà mentionné au XVIIe siècle), de canaux de drainage, de zones de pâturage mais également d’un verger aux fruitiers quasi centenaires.
On y trouve des variétés locales, le site de l’abbaye faisant office de conservatoire de la diversité génétique de l’Avesnois. S’il est aujourd’hui interdit de cueillir les fruits, le verger de Liessies était probablement, jusqu’aux années 1960, l’un des grands sites producteurs de fruits du département (alimentation du bassin minier de Valenciennes, des populations citadines de Lille…).
Reconnue depuis longtemps pour ses nombreuses terres forestières, c’est à partir du XVIIe siècle que la renommée de l’abbaye de Liessies concernant la qualité de ses jardins de plaisance et surtout de ses vergers s’accroît. Elle a alors fait l’objet de nombreuses représentations illustrées. L’une des premières illustrations vraisemblables est celle des Albums de Croÿ datée de 1598.
L’abbaye de Liessies a laissé des comptabilités dites « de l’infirmerie » fournissant de précieuses informations sur le procédé d’entretien des fruitiers et notamment sur les travaux de greffe. Ces fruitiers font l’objet de toutes les attentions puisqu’ils sont source de revenus : pommes et poires venant du verger de l’abbaye sont vendues sur l’ensemble du territoire sous différentes formes : fruits, alcools (eaux-de-vie…), concoctions…
Ces deux illustrations inédites réalisées à partir d’informations issues des sources écrites mettent en évidence le lien existant entre l’homme et l’arbre fruitier à différentes saisons : au printemps et à l’automne.
Rappelons qu’au XVIIe siècle, l’abbaye de Liessies est à son apogée, les comptabilités de l’infirmerie montrent une certaine rentabilité du verger. Les moines de Liessies emploient des ouvriers et des bûcherons pour l’entretien de ce dernier. En avril 1621 : « Le troisieme april [avril] a Jean Gosseau pour dix journees et demie emploie au travail du jardin conventuel tant en fossoyant aux pieds des jeunes greffes que nettoiant les autres arbres comme aussy en greffant des estocq [branches]. » En 1685 : « Quant a Martin du Jardin pour avoir employer a remettre la terre aux arbres decouverts y mestre du fumier. (…)A Jean Tondeur a tondre trancher les grandes hayes a planter et lier les petits arbres et faire les fossers [fossés], a planter environ deux cent greffes dans les jardins du cote du puits. »
La greffe suppose une certaine connaissance des caractéristiques biologiques de chaque espèce. Elle peut être réalisée soit au printemps « à œil poussant » soit en été « à œil dormant », la présence des « jeunes greffes » au mois d’avril suppose que cette greffe ait été réalisée au printemps, à œil poussant. Quant à la technique de greffe employée, elle est plus difficile à déterminer, la seule mention « en greffant des estocq » ne permet pas d’établir d’hypothèse. Les greffes sont l’objet de toutes les attentions : nettoyage des fossés de plantation, apport de fumure, protection des souches contre les fouissements… car de leur état dépend la rentabilité future du verger.
Depuis le Moyen Âge, l’homme entretient une relation étroite avec l’arbre fruitier, il est à la fois un repère dans le paysage et une source de revenus. Il est alors intégré au quotidien de l’homme sous diverses formes. Si la période 1300-1960 est marquée par une intensification progressive des relations homme-arbre fruitier autour des enjeux économiques, les années 1960-1990 sont une période de crises (agricole notamment) et de transformations paysagères conséquentes. Les vingt dernières années marquent, quant à elles, le « renouveau » de l’arbre fruitier qui a une certaine rentabilité et qui est le symbole d’un paysage « hérité » à retrouver.
Illustrations originales : Ornella BON – plasticienne

Une faune diversifiée dans les forêts de l’Avesnois : l’exemple de la forêt de Mormal

Peinture à l’huile – Ornella BON
Les forêts de l’Avesnois abritent au cours des XIVe-XVIIIe siècles, une grande diversité d’espèces, que ce soit des mammifères ou des oiseaux. Les sources historiques évoquant la faune des espaces forestiers éclairent principalement le massif forestier de Mormal reconnu d’ailleurs pour ses qualités cynégétiques.
Les espèces les plus fréquemment mentionnées dans les sources révèlent du grand gibier : cerfs, chevreuils, sangliers, animaux par excellence de la chasse noble. Ce gibier est particulièrement protégé par les sergents forestiers, en témoigne le montant des amendes infligées. En 1419 en forêt de Mormal « de Jehan Gillemart, qui prist en forest un viau de bisse [ faon] par ses kiens [chiens] rechut [60] livres damende » (archives départementales du Nord : ADN) ; ou en 1433, au bois de Maubeuge « De Leurent de Chimay pour avoir este complice a la prise dun marcassin dehors de Maubeuge [10] livres » (ADN).
Disparu de nos contrées d’aujourd’hui mais bien présent au Moyen-Age et à l’époque moderne, le loup est un hôte commun des campagnes de l’Avesnois que pourchassent des officiers seigneuriaux spécialisés dans sa traque : les louvetiers. Ainsi en 1472 en forêt de Mormal « A Guillaume de la Court louvier de Monseigneur le duc de Bourgogne en son pays de Haynaut la some de [28] livres a lui du pour la chasse pruise et destruction de deux leuves et louveaux [louves et louveteaux] » (ADN).
Classés également parmi les « bêtes nuisibles » dont les sources ne font que partiellement état, se rencontrent le renard souvent en lisière de forêt ou le blaireau, la loutre au bord des étangs et cours d’eau, comme en 1409 en forêt de Mormal « Et a dont avoient fouwit [chercher] pour les renars et taissons [blaireaux] en la foriest de Mourmail » (ADN). Ces animaux peuvent être chassés soit pour leur fourrure, soit pour les dégâts qu’ils occasionnent aux biens voire aux personnes. En 1444, il s’agit de débarrasser les garennes du bois de Beaumont de ces petits prédateurs : « Pour frais et despens fait par le dit lieutenant et plusieurs compaignons au fouyr et cacher [fouiller et chercher] les renars estant as garennes desdit bois de Beaumont » (ADN).
Ajoutons le petit gibier qui parcourt nos forêts tels les lièvres ou encore les lapins animaux protégés des garennes seigneuriales.
Les oiseaux quant à eux, mentionnés dans les sources écrites, sont essentiellement des rapaces : faucons, éperviers et autours des palombes réservés à la chasse au vol seigneurial. A ce titre, ils sont protégés en particulier du comte de Hainaut. En cas de braconnage l’amende est élevée y compris pour le tendeur d’oiseaux lui-même qui a chassé ainsi en 1437 en forêt de Mormal sans l’autorisation du bailli : « Jehan le Douch tendeur des oisieaulx si comme de hoistors et desperviers [autour des palombes et éperviers] qui prist avoir en le foriest sans le congie dudit bailli pour ce meffait fu calengier pour XX l. de paine » (ADN).
Les forêts de l’Avesnois abritaient d’autres oiseaux comme le hibou ou le héron rencontré en forêt de Mormal .
Ajoutons les « mouches à miel » autrement dit les abeilles protégées par les ordonnances leur octroyant un statut privilégié en raison de leur miel. En témoigne l’ordonnance de l’évêque de Cambrai réglant la gestion des bois de la châtellenie du Cateau-Cambrésis en 1619 : « Item au regard des mouches a miel qui viennent a sahoupper [s’agglomérer] en nosdit bois quiconcque les prendra desrobera ou emportera sera puny criminellement comme pour cas de larchin » (ADN). Ce statut particulier n’est pas nouveau, on le trouve mentionné au XIIe siècle dans un accord de partage des propriétés et usages (haies de Fourmies, Cartignies, et Catelaine) entre l’abbaye de Liessies et le seigneur d’Avesnes.
Le potentiel faunistique qu’offre le territoire de l’Avesnois est riche et diversifié. Il a constitué à travers la chasse un véritable enjeu social.

La forêt, une formation végétale?

La notion de forêt est complexe et objet de nombreux débats : elle définit à la fois le cœur de l’objet naturel, ses marges, son caractère ancien ou récent et sa structure (surface, densité,…). Au-delà de cela, il ne faut pas oublier le caractère temporel, dynamique et profondément humain de ce milieu[1].

Définir la forêt dépend de l’approche de celui qui l’observe ;  un écologue la caractérise avant tout comme une formation végétale, le chercheur en Sciences Humaines et Sociales (SHS) l’appréhende en fonction de son objet d’étude : l’Homme. Aujourd’hui, ces deux points de vue se sont associés  apportant ainsi un nouveau regard…. La forêt n’est plus  perçue de nos jours comme une formation végétale « naturelle » mais comme le produit d’un héritage provenant des actions humaines dans le temps. Ainsi la dimension historique trouve là toute son importance.

Dans La France des forêts[1], l’Office National des Forêts définit ainsi la forêt : « dans un environnement (climat, sol,…) qui forme son décor, l’écosystème forestier met en scène une multiplicité d’acteurs, grands et minuscules végétaux et animaux, dont les interactions varient à l’infini »[2]. Les ensembles complexes formés par la biocénose (association d’organismes vivants) et par leur milieu suffisamment homogène (biotope) déterminent les écosystèmes forestiers.

La forêt se caractérise par une organisation spatiale spécifique et une dynamique dans le temps. Lorsqu’un terrain est mis à nu (écobuage, déforestation,…) la végétation présente une progression en différents stades de formation.

Dans un premier temps, le sol nu est colonisé par un cortège pionnier d’espèces annuelles puis apparaitront les espèces de friches dites vivaces[3]. Cette friche laissera par la suite apparaître d’autres vivaces et les premiers buissons, qui par leur développement prendront la forme d’un fourréEnfin, les premiers arbres s’installent, et deviendront un véritable couvert forestier après plusieurs décennies[4].

Les écosystèmes forestiers présentent deux caractéristiques spécifiques : la verticalité des arbres permettant une stratification bien exploitée par la faune et la longueur du cycle forestier « tout au long duquel les paramètres écologiques évoluent de façon continue ou par crise »[5].

Au cours de la vie d’une forêt, plusieurs dysfonctionnements peuvent apparaître d’origine humaine ou non (interception de la lumière, compétition pour l’eau, guerres,…), ce que Jean-Jacques Dubois appelle une sylvoséquence[6], mais l’écosystème possède un équilibre dynamique qui lui permet de s’adapter aux changements. Bien sûr, tous n’ont pas la même faculté de résistance à une agression, certains sont plus fragiles.

Chaque écosystème dispose d’un environnement particulier formé de conditions climatiques et édaphiques. Il en résulte une très grande variabilité des écosystèmes forestiers. Le climat par exemple est essentiel dans la répartition et le fonctionnement des écosystèmes (l’homogénéité climatique d’une région s’exprime par la dominance d’une essence spécifique dans les formations boisées)[7]. La forêt se constitue un climat interne ou microclimat « permettant le développement du sous-bois, et dans une plus grande mesure de l’arbre » [8]. Elle modifie ainsi les données énergétiques et conditions hydriques.  En retour, la forêt « influence les conditions climatiques locales et régionales : elle modifie l’humidité de l’air, la pluviométrie et pèse sur la dynamique de l’atmosphère »[9].

Le sol, quant à lui, est le support sur lequel s’enracinent les végétaux : il apporte l’eau et les minéraux nécessaires. Les prélèvements effectués par les végétaux sont compensés par « l’altération de la roche sous-jacente » qui réapprovisionne le sol par le biais de la décomposition de la litière[10]. Ainsi un très grand nombre de micro-organismes (bactéries, champignons,…) présents dans le sol joue un rôle non négligeable pour la forêt. La richesse du sol influence la croissance des espèces.  Il exerce un « tri » des espèces qui confrontent leurs exigences et tolérances écologiques avec les caractères physico-chimiques qui leur sont offerts. Plusieurs obstacles peuvent cependant empêcher la croissance de l’arbre : la faible épaisseur du sol, la permanence de nappe d’eau (asphyxie)… créent de mauvaises conditions pour un sol forestier.

Ce qui caractérise l’écosystème forestier et qui en fait son originalité est sa stratification, on peut distinguer 4 strates :

  • Une strate de plantes sans fleurs (mousses, lichens,…),
  • Une strate herbacée,
  • Une strate arbustive à deux niveaux,
  • Enfin une strate arborescente tantôt uniforme, tantôt à plusieurs niveaux.

Une espèce peut ainsi participer à plusieurs strates au cours de sa vie en fonction de la luminosité.

La forêt héberge un grand nombre d’espèces de champignons. Ils s’installent à tous les niveaux de l’écosystème : le sol, la litière, le bois mort, les souches, les fleurs, les feuilles,…. Si certains sont quasi imperceptibles, d’autres peuvent être très volumineux. Longtemps les champignons ont été considérés comme des parasites pour l’arbre, ce qui n’est vrai que dans de rares cas lorsque l’état sanitaire de ce dernier est très mauvais. Les champignons et les arbres s’apportent des nutriments mutuellement.  Le tapis muscinal, a un rôle non négligeable dans le cycle de l’eau, il se gorge d’eau en période humide pour ensuite la restituer peu à peu. Certaines espèces de mousses concentrent les métaux lourds et indiquent de ce fait le degré de pollution de l’air. Les lichens sont les premiers colonisateurs des roches, éboulis, zones sableuses. Leur abondance révèle souvent une humidité atmosphérique élevée[11].

La strate herbacée, quant à elle, se réduit à un nombre adapté d’espèces privilégiant les mêmes conditions de milieux. Cette strate est un bon indicateur de la nature du sol pour les gestionnaires, par exemple l’ail des ours préfère les sols frais et riches, tandis que la canche flexueuse se trouve sur sol acide[12]. Mais le tapis herbacé varie de manière conséquente en fonction de la structure forestière (lumière, humidité,…), de l’essence et de l’âge du peuplement (forêt ancienne/forêt récente).

Enfin ce sont les arbres qui organisent verticalement la strate arborescente en fonction de leur degré de développement, leur ramification, leur taille, et du processus de compétition : « la strate arbustive oscille entre un et sept mètres. On y trouve de jeunes arbres et des espèces spécifiques réunis sous la dénomination de mort bois »[13]. Leur composition dépend beaucoup de la lumière exemple : le genêt à balais est une plante héliophile contrairement au houx qui est un arbuste sciaphile. La présence de mort bois assiste la régénération des arbres ou au contraire gêne le développement des semis. L’écosystème forestier abrite également un certain nombre d’espèces animales qui parcourent parfois aussi les champs et les prairies. Chaque population possède ses propriétés et son fonctionnement propre qu’elle exerce à l’intérieur d’un habitat judicieusement sélectionné.

La forêt est ainsi un élément dynamique spatialement en mouvement dans le temps. Une évolution positive (augmentation de la superficie boisée) ou son contraire n’est pas le seul fait de facteurs abiotiques ; l’homme transforme, peut créer dans certains cas une dynamique positive de l’écosystème forestier.

Au regard de cette relation complexe entre l’homme et le milieu forestier, les chercheurs se sont aventurés depuis plus d’un siècle à comprendre les aspects écologiques de la forêt mais aussi, et surtout, les liens qui régissent l’homme et la forêt.

[1] Office National des Forêts (ONF), La France des forêts, Paris, Guide Gallimard, 2001

[2] ONF, 2001, Op. Cit p.60

[3] Ibid.

[4] Conservatoire national botanique de Bailleul, 2011, Op. Cit, p.17

[5] ONF, 2001, Op. Cit p.60

[6] DUBOIS (Jean-Jacques), Espaces et milieux forestiers dans le Nord de la France : étude de biogéographie historique, thèse d’Etat sous la direction de Philippe Pinchemel, Paris, 1989

[7] ONF, 2001, Op. Cit p.60

[8] Ibid.

[9] Ibid.

[10] Ibid.

[11] Ibid.

[12] ONF, 2001, Op. Cit., p.64

[13] Ibid.

Sales bêtes! Mauvaises herbes! « nuisible » une notion en débat. Colloque les 31 janvier et 1er février

Depuis plus d’un siècle, la notion de « nuisible » fait l’objet d’une contestation de plus en plus vive. Pourtant celle-ci connaît une singulière persistance sociale car «nuisible» n’est pas seulement un qualificatif que l’homme choisit d’appliquer à telle ou telle espèce, mais bien un concept opérationnel qui lui donne une certaine légitimité pour la gérer et, souvent, la détruire. À l’heure où la France vient d’adopter la loi sur la reconquête de la biodiversité, la question des «  nuisibles  » reprend une singulière acuité avec la multiplication et l’expansion de nouvelles espèces exotiques envahissantes, telles que le moustique tigre (Aedes albopictus), potentiel vecteur du virus Zika, transmissible à l’homme, le frelon asiatique (Vespa velutina), destructeur de ruches, l’écureuil gris (Sciusrus carolinensis), qui pourrait s’implanter au détriment de l’écureuil roux (Sciurus vulgaris) ou encore l’ambroisie (Ambrosia artemisiifolia), plante fortement allergisante. Il faut aussi relever les vives controverses qui demeurent au sujet de la cohabitation du loup et de l’élevage, et les critiques qui sont de plus en plus documentées sur les risques, pour la santé, de l’utilisation des insecticides pour lutter contre les insectes ravageurs et l’emploi des herbicides. Si la notion de «nuisible» demeure centrale dans la gestion du sauvage par nos sociétés, elle s’avère très variable selon l’époque, l’espèce, le territoire ou le groupe social considéré. Afin de dresser un état de la recherche, d’historiciser cette notion et d’éclairer les enjeux actuels, le colloque se propose de croiser les regards afin de caractériser les différentes conceptions de la notion de «nuisible» qui coexistent actuellement et d’en retracer les origines, tout en s’ouvrant aux acteurs du présent. Il entend ainsi contribuer à éclairer les relations et les interactions entre les sociétés et la nature, et permettre de mieux saisir leurs coévolutions.

programme__coll_sales_betes_mauvaises_herbes_003_

ForestHIST

La forêt est aujourd’hui au croisement d’enjeux à la fois écologiques, économiques et sociétaux. Depuis une décennie, de nombreux projets valorisant les « forêts anciennes » se multiplient (programme forêts anciennes du WWF, Plan forêt région de la région Hauts-de-France, label « forêts d’exception de l’ONF…). Les « forêts anciennes sont des forêts « actuelles » – présentes de nos jours- disposant d’une certaine ancienneté. L’appréciation de cette ancienneté dépend des dynamiques spatiales et temporelles d’un territoire mais également des sources à disposition pour reconstruire ce passé. Si les forêts se sont maintenues jusqu’à nos jours, c’est qu’un certain nombre de mécanismes socio-économiques ont été mis en place à travers le temps. Associées à l’idée de refuge, de coeur de biodiversité, de stock de carbone, ces forêts sont aussi considérées par les historiens, les écologues, les archéologues, les agronomes comme des archives des siècles passés. Le paysage forestier d’aujourd’hui est un héritage des actions anthropiques antérieures. Leur gestion doit répondre tout aussi bien aux grands défis actuels (atténuation du réchauffement climatique…) qu’aux tentatives de relocalisation de l’économie (filière bois…) et d’amélioration du cadre de vie. Les forêts sont le reflet des rapports société/environnement et méritent de fait un intérêt scientifique particulier. L’objectif de ce carnet de recherche est d’échanger autour de la notion de « forêts anciennes », de réunir les connaissances historiques (fonctions socio-économiques de la forêt…) et les approches naturalistes (étude des écosystèmes forestiers), de mettre en évidence la diversité des approches et des outils mis en œuvre pour une meilleure compréhension des « forêts anciennes »

Pour une meilleure connaissance des forêts anciennes