Source : L’Atlas de Trudaine

A la fin des années 1730, soit un demi-siècle après une phase de renouveau de la politique routière engagée par Jean-Baptiste Colbert (ministre de Louis XIV), la question des routes fait son grand retour. L’état de celles-ci est inquiétant et peu de provinces sont épargnées. Le roi de France demande à ce que soit fait un atlas des routes de France : l’Atlas de Trudaine ( famille Trudaine : ingénieurs cartographes). Les routes royales de Valenciennes ne sont pas couvertes en intégralité (imposition). Cette province est stratégique pour le pouvoir car elle comprend de nombreuses places fortes. L’ingénieur Charles Trudaine met également un point d’honneur à relever les éléments stratégiques (bois, rivières…) à 300 mètres de chaque côté des routes. C’est ainsi que sur cette illustration nous voyons Liessies, les haie de Sivry et d’Avesnes ainsi que les “Bruyères” : zone de pâturage communal.
Source illustration : culture.gouv.fr


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.