Le bornage de la forêt de Mormal après l’annexion française

Titre de la police et conservation des Forest, Eaux et Rivieres. Article IV  « Tous les riverains possedant bois joignant nos forests et buissons, seront tenus de les separer des nostres par des fossez, ayant quatre pieds de largeur et cinq pieds de profondeur, qu’ils entretiendront en cet estat a peine de reunion ». Article V « Nos officiers des Maistrises faisant leurs visites feront mention dans leurs procés verbaux de l’estat des bornes et fossez entre Nous et les riverains et reparer les entreprises et changemens qu’ils reconnoitront y avoir este faits depuis leur derniere visite ».

Ces dispositions ont été les premières à être appliquées par la maîtrise du Quesnoy, nouvellement créée. Dès les premières années suivant l’annexion française, les officiers de la maîtrise se sont attachés à enregistrer les preuves d’héritages circonvoisins de la forêt de Mormal, à réaliser des visites générales et à procéder au bornage de cette forêt comme en 1671 : « De plus la forest estant decide et demeurante au profit de sa majeste il sera tres necessaire que les officiers face une chevauchee tout au pourtour d’icelle, pour y retablir les anciennes bornes et faire relever tous les fossez et faire refaire les hayes que les guerres ont ruinez entierement et qui ont causez que les habitans voisins de la forest ont eu bien des endroits usurpez et avancez leur jardins hayes et heritages dans la dite forest. En y faisant de la sorte une visite tres exacte, il ny a point de doute qu’on retablissoit toute chose » (Archives départementales du Nord : ADN)

Mais ce n’est qu’en 1684 que Jean-Baptiste Le Feron du Plessis ordonne que soit « enjoint a tous les proprietaires des heritages situez le long de la forest de Mormal et chaussees en dependantes et y tenant comme aussi des heritages enclaves en la dite forest quils nont point appose au greffe de la maîtrise des eaux et forest du Hainaut establi au Quesnoy, les titres en vertu de quoy ils jouissent desdits heritages ainsi que leur a este sy devant ordonne par trois differentes fois » (ADN), suite à un arrêt du conseil du roi du 10 juin 1684 ordonnant de procéder incessamment au bornage de la forêt de Mormal.

Le 31 août 1685, le bornage de la forêt de Mormal est achevé : « nous avons fait la designation dudit bornage au mois daoust dernier accompagne des officiers de la Maistris du Quesnoy et apres que Chandellier arpenteur a plante le nombre des bornes portees au dit proces verbal de designation » (ADN). Tel que l’indique le plan de bornage de Louis et Claude  Chandellier, l’ensemble des bornes est placé aux lisières de la forêt de Mormal ainsi qu’aux limites des enclaves de Locquignol, de Grande Pâture et L’Hermitage .

Bibliothèque Nationale de France – Gallica

Jean Baptiste Le Feron du Plessis demande alors que les fossés permettant de séparer les biens du roi de ceux des particuliers soient réalisés dans les six mois : « nous ordonnons que conformement a lordonnance du mois daoust 1669 (…) pour les riverains joignant icelle forest de Mormal seront tenus en dedans six mois de sperar leurs dit heritages dans la forest, par un fosse ajout de quatre pieds de largeur et cinq de profondeur quils entretiendront en cet estat, leur permettront de planter des haies vives sur les bords diceulx » (ADN).

Ces dispositifs de bornage, affirmation visuelle de la propriété royale,  traduisent bien la volonté de maîtrise non seulement de l’espace en général mais d’un espace dans une zone frontière, nouvellement acquis.

Tout un mécanisme de contrôle de ces bornes a été instauré. Il est ainsi fait appel à la surveillance des voisins possédant un héritage en lisière de forêt de Mormal ; ceux-ci doivent prévenir d’éventuels méfaits qui peuvent être commis sur les bornes comme en 1686 à Berlaimont à proximité de la forêt de Mormal : « Supplie humblement Charles Bertrand habitant de Berlemont disant qu’il n’ont a bail de Charles Bavay demeurant audit Berlemont quelques heritages entre autres un jardin joignant la forest de Mourmal et comme depuis deux mois ou environ on a mis des bornes allentour de la dite forest avec ordre aux voisins d’avertir les gardes ou sergents de la die forest sils se prevenoient que ceux qui possedent des heritages joignant icelle transplantassent lesdites bornes pour accroistre leur heritage. La femme du suppliant et deux de ses enfants ayant surpris le matin du jour Saint Etienne de (…) et la transplantois de pres de [30] pieds en avant dans le bois, elle en fit sa declaration come on l’avoir ordonne » (ADN).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.