Lorsque le bétail se promène en forêt…

La forêt au Moyen Age et à l’époque moderne est un lieu où se croisent animaux sauvages et animaux domestiques, activités cynégétiques et activités d’élevage, où se superposent et s’opposent des intérêts divers et contradictoires : préservation du grand gibier pour la chasse ou défense des droits des cheptels des communautés paysannes, exploitation usagère ou rentabilité des profits.
Pour les paysans médiévaux comme de l’Ancien Régime, l’espace forestier est un lieu « relais » au terroir cultivé, pour l’élevage des bovins et des équidés, le moyen de suppléer l’absence de grandes prairies naturelles, le moyen également d’engraisser facilement les porcs. La forêt est intégrée au système agro-pastoral comme le montre cette lettre du châtelain du Cateau- Cambrésis adressée à l’évêque de Cambrai, témoignant de l’importance capitale de la forêt pastorale : « Sans le secours, privés de tous paturages, près et communaux, entoures de bois, les habitants se voient dans la dure necessite de se defaire de leur bestiaux, sans lesquels neanmoins ils ne peuvent vivre ni faire subsister leur famille. (…) d’un autre cote, manquant de fumure ils ne pourront donner a l’avenir les engrais necessaires aux terres qu’ils tiennent a bail de votre excellence qui fait bien vivre le village » (Archives Départementales du Nord : ADN).
A partir du XVe siècle apparaissent dans les ordonnances des comtes de Hainaut et autres seigneuries, des restrictions de l’activité pastorale portant tant sur les espèces autorisées à paître que sur les modalités de pâturage : en 1535 en fagne de Trélon où sont définitivement exclus moutons et chèvres jugés trop destructeurs : « Come navoient este lesdite blanches bestes [chèvres, moutons…] qui peult causer la destruction de leurs dit aisements [pâturage commun]» (Archives privées Merode – Trélon). Les communautés rurales ont alors recours à d’autres espaces pour le pâturage : le bocage.
Le « pasturaige des bestes a cornes » désigne la possibilité dont disposent les communautés rurales et certains privilégiés, d’envoyer leurs cheptels (bovins et équidés) tant en forêt que sur les prés, ou sur les terres en friches (appelées warechaix ou aisements), moyennant une redevance annuelle.
Ce droit d’usage est cependant réglementé, un certain nombre de règles encadrent en effet le pâturage. Les coutumes de Hainaut et diverses ordonnances ne cessent de les rappeler témoignant de la prise de conscience de l’impact du pâturage sur les peuplements actuels et à venir. L’ordonnance de Philippe le Beau datée de 1499, en est un exemple : « Pour ce qui est au moyen du paisnage, qui eu lieu au proffit de lempereur asdit bois des bestes y rampoyent [pâturent] qui cause la destruction de la raspe par ce que les bestes prennent le get [jet = jeune pousse]” (ADN).
Toutes ces législations insistent sur la fermeture à la dépaissance sur toute l’étendue des cantons nouvellement coupés afin de laisser au jeune bois le temps de repousser, de respecter le temps de régénération -de l’ordre de trois à seize ans- selon les massifs forestiers, le plus généralement 7 à 8 ans.

L’ordonnance de 1669, appliquée tardivement en Avesnois,  reprend ce cantonnement du pâturage et la protection de la régénération en intégrant d’autres éléments  telles les modalités de la garde des troupeaux, qui pouvaient être présents auparavant mais que la documentation écrite ne laisse guère apercevoir. D’après le titre dix-neuvième des droits de pâturage et panage de l’ordonnance des Eaux et Forêts de 1669- article 3- « les bestiaux puissent être menés et gardés séparément sans mélange de troupeaux d’autres lieux, le tout à peine de confiscation des bestiaux et d’amende arbitraire contre les pâtres ».

Ainsi comme en bien d’autres régions, l’espace de dépaissance était strictement réglementé ; mais comment cette réglementation s’inscrivait-elle dans le paysage ? Aucun élément dans la documentation écrite ne laisse supposer qu’il y avait un bornage spécifique une fois la zone choisie.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.