Les sergents forestiers d’autrefois : amis ou ennemis?

Les forêts de l’Avesnois sont les propriétés de grands seigneurs hennuyers (Hainaut) et notamment du comte de Hainaut. Ces derniers ont cherché très rapidement des moyens leur permettant de protéger efficacement leur domaine. A partir du XIVe siècle, se met en place une “police” des bois appelée “Bailliage des bois” dirigée par le bailli des bois. Cette “police” hiérarchisée se compose d’un bailli – proche du comte de Hainaut-, de lieutenants – en charge d’un massif forestier – et de sergents forestiers – officiers subalternes-. Le bailliage des bois de Hainaut doit surveiller les forêts, faire respecter les ordonnances concernant les bois mais aussi les exploiter économiquement (organisation des coupes et ventes de bois, du pâturage forestier…).
Ces sergents forestiers – à pied ou à cheval -sont les relais entre les décisions officielles du comte et les volontés des populations. Imaginez à quel point leur position peut être délicate…. Dès le XVIe siècle, ces sergents forestiers sont d’ailleurs autorisés à “porter une arme”. Il s’agit là d’une prérogative originale puisque dans le royaume de France les officiers forestiers portent une arme à partir de 1669 – code forestier du ministre Colbert-.
Les exactions contre ces représentants de la loi sont relativement rares d’après les sources historiques. Il est possible que seuls les actes de grand ampleur ait été notifiés par l’administration. En 1543, un dénommé Henin Breton habitant Englefontaine commet plusieurs méfaits envers les sergents forestiers (menaces). Le lieutenant de Mormal envoie alors 2 sergents forestiers et 2 “aydes” le récupérer au cabaret du village. Ce dernier n’est pas d’humeur à se laisser faire et blesse au couteau l’un des sergents. Le lieutenant envoie alors 7 autres sergents et 4 “aydes” pour le récupérer, ce dernier est emmené à la prison du Quesnoy, interrogé, torturé, il est pendu en 1543 par l’exécuteur de justice criminelle de Valenciennes.
Une honnêteté relative :
Traquant le moindre délit ou fermant les yeux sur d’éventuelles fautes, la position du forestier n’est pas commode. Les malversations des sergents sont connues grâce aux ordonnances. En 1458, Philippe le Bon précise que les sergents forestiers commettent des « excez, abus et desrisions que ils faisoient journellement a nos subgetz ».
Certains d’entre eux ont été démis de leurs fonctions pour fautes professionnelles, c’est le cas notamment en 1618 de Robert du Trieu sergent forestier de Mormal, resté pourtant en fonction 64 années. Le cas le plus grave rencontré dans les sources, semble être celui de Gilles Damerbes et de ses compagnons accusés d’avoir coupé et revendu du bois à plusieurs reprises en forêt de Mormal. Tous les sergents de Mormal sont invités par le bailli des bois à « realiser une espedition punitive de la Sainte Larme » pour expiation de leurs méfaits. Pour autant ce pèlerinage à Vendôme fut de courte durée, la forêt ne pouvant rester sans garde.
Dans l’ensemble, ces faits sont peu fréquents, les forestiers semblent s’être acquittés convenablement de leurs devoirs, du moins les sources exploitées ne laissent transparaître que très peu de procès contre les agents subalternes de l’administration forestière.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.