L’arbre fruitier en Avesnois : une tradition arboricole ancienne

Le site de l’ancienne abbaye de Liessies – abbaye bénédictine fondée en 750 et détruite à la période révolutionnaire dont il ne reste en bâti que les écuries et le bûcher aux moines – est un véritable écrin d’histoire et de nature. Ce site de 48 ha est en effet intégré aux espaces naturels sensibles du conseil général du Nord. De nombreuses espèces (libellules, papillons, oiseaux, amphibiens…) se développent dans les zones humides, profitant ainsi de conditions biologiques favorables.
Le parc départemental de Liessies a fait l’objet de rénovations au cours de la dernière décennie, et est aujourd’hui accessible au public. Il se compose d’étangs (celui de la Forge, par exemple, déjà mentionné au XVIIe siècle), de canaux de drainage, de zones de pâturage mais également d’un verger aux fruitiers quasi centenaires.
On y trouve des variétés locales, le site de l’abbaye faisant office de conservatoire de la diversité génétique de l’Avesnois. S’il est aujourd’hui interdit de cueillir les fruits, le verger de Liessies était probablement, jusqu’aux années 1960, l’un des grands sites producteurs de fruits du département (alimentation du bassin minier de Valenciennes, des populations citadines de Lille…).
Reconnue depuis longtemps pour ses nombreuses terres forestières, c’est à partir du XVIIe siècle que la renommée de l’abbaye de Liessies concernant la qualité de ses jardins de plaisance et surtout de ses vergers s’accroît. Elle a alors fait l’objet de nombreuses représentations illustrées. L’une des premières illustrations vraisemblables est celle des Albums de Croÿ datée de 1598.
L’abbaye de Liessies a laissé des comptabilités dites « de l’infirmerie » fournissant de précieuses informations sur le procédé d’entretien des fruitiers et notamment sur les travaux de greffe. Ces fruitiers font l’objet de toutes les attentions puisqu’ils sont source de revenus : pommes et poires venant du verger de l’abbaye sont vendues sur l’ensemble du territoire sous différentes formes : fruits, alcools (eaux-de-vie…), concoctions…
Ces deux illustrations inédites réalisées à partir d’informations issues des sources écrites mettent en évidence le lien existant entre l’homme et l’arbre fruitier à différentes saisons : au printemps et à l’automne.
Rappelons qu’au XVIIe siècle, l’abbaye de Liessies est à son apogée, les comptabilités de l’infirmerie montrent une certaine rentabilité du verger. Les moines de Liessies emploient des ouvriers et des bûcherons pour l’entretien de ce dernier. En avril 1621 : « Le troisieme april [avril] a Jean Gosseau pour dix journees et demie emploie au travail du jardin conventuel tant en fossoyant aux pieds des jeunes greffes que nettoiant les autres arbres comme aussy en greffant des estocq [branches]. » En 1685 : « Quant a Martin du Jardin pour avoir employer a remettre la terre aux arbres decouverts y mestre du fumier. (…)A Jean Tondeur a tondre trancher les grandes hayes a planter et lier les petits arbres et faire les fossers [fossés], a planter environ deux cent greffes dans les jardins du cote du puits. »
La greffe suppose une certaine connaissance des caractéristiques biologiques de chaque espèce. Elle peut être réalisée soit au printemps « à œil poussant » soit en été « à œil dormant », la présence des « jeunes greffes » au mois d’avril suppose que cette greffe ait été réalisée au printemps, à œil poussant. Quant à la technique de greffe employée, elle est plus difficile à déterminer, la seule mention « en greffant des estocq » ne permet pas d’établir d’hypothèse. Les greffes sont l’objet de toutes les attentions : nettoyage des fossés de plantation, apport de fumure, protection des souches contre les fouissements… car de leur état dépend la rentabilité future du verger.
Depuis le Moyen Âge, l’homme entretient une relation étroite avec l’arbre fruitier, il est à la fois un repère dans le paysage et une source de revenus. Il est alors intégré au quotidien de l’homme sous diverses formes. Si la période 1300-1960 est marquée par une intensification progressive des relations homme-arbre fruitier autour des enjeux économiques, les années 1960-1990 sont une période de crises (agricole notamment) et de transformations paysagères conséquentes. Les vingt dernières années marquent, quant à elles, le « renouveau » de l’arbre fruitier qui a une certaine rentabilité et qui est le symbole d’un paysage « hérité » à retrouver.
Illustrations originales : Ornella BON – plasticienne

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.