Une faune diversifiée dans les forêts de l’Avesnois : l’exemple de la forêt de Mormal

Peinture à l’huile – Ornella BON
Les forêts de l’Avesnois abritent au cours des XIVe-XVIIIe siècles, une grande diversité d’espèces, que ce soit des mammifères ou des oiseaux. Les sources historiques évoquant la faune des espaces forestiers éclairent principalement le massif forestier de Mormal reconnu d’ailleurs pour ses qualités cynégétiques.
Les espèces les plus fréquemment mentionnées dans les sources révèlent du grand gibier : cerfs, chevreuils, sangliers, animaux par excellence de la chasse noble. Ce gibier est particulièrement protégé par les sergents forestiers, en témoigne le montant des amendes infligées. En 1419 en forêt de Mormal « de Jehan Gillemart, qui prist en forest un viau de bisse [ faon] par ses kiens [chiens] rechut [60] livres damende » (archives départementales du Nord : ADN) ; ou en 1433, au bois de Maubeuge « De Leurent de Chimay pour avoir este complice a la prise dun marcassin dehors de Maubeuge [10] livres » (ADN).
Disparu de nos contrées d’aujourd’hui mais bien présent au Moyen-Age et à l’époque moderne, le loup est un hôte commun des campagnes de l’Avesnois que pourchassent des officiers seigneuriaux spécialisés dans sa traque : les louvetiers. Ainsi en 1472 en forêt de Mormal « A Guillaume de la Court louvier de Monseigneur le duc de Bourgogne en son pays de Haynaut la some de [28] livres a lui du pour la chasse pruise et destruction de deux leuves et louveaux [louves et louveteaux] » (ADN).
Classés également parmi les « bêtes nuisibles » dont les sources ne font que partiellement état, se rencontrent le renard souvent en lisière de forêt ou le blaireau, la loutre au bord des étangs et cours d’eau, comme en 1409 en forêt de Mormal « Et a dont avoient fouwit [chercher] pour les renars et taissons [blaireaux] en la foriest de Mourmail » (ADN). Ces animaux peuvent être chassés soit pour leur fourrure, soit pour les dégâts qu’ils occasionnent aux biens voire aux personnes. En 1444, il s’agit de débarrasser les garennes du bois de Beaumont de ces petits prédateurs : « Pour frais et despens fait par le dit lieutenant et plusieurs compaignons au fouyr et cacher [fouiller et chercher] les renars estant as garennes desdit bois de Beaumont » (ADN).
Ajoutons le petit gibier qui parcourt nos forêts tels les lièvres ou encore les lapins animaux protégés des garennes seigneuriales.
Les oiseaux quant à eux, mentionnés dans les sources écrites, sont essentiellement des rapaces : faucons, éperviers et autours des palombes réservés à la chasse au vol seigneurial. A ce titre, ils sont protégés en particulier du comte de Hainaut. En cas de braconnage l’amende est élevée y compris pour le tendeur d’oiseaux lui-même qui a chassé ainsi en 1437 en forêt de Mormal sans l’autorisation du bailli : « Jehan le Douch tendeur des oisieaulx si comme de hoistors et desperviers [autour des palombes et éperviers] qui prist avoir en le foriest sans le congie dudit bailli pour ce meffait fu calengier pour XX l. de paine » (ADN).
Les forêts de l’Avesnois abritaient d’autres oiseaux comme le hibou ou le héron rencontré en forêt de Mormal .
Ajoutons les « mouches à miel » autrement dit les abeilles protégées par les ordonnances leur octroyant un statut privilégié en raison de leur miel. En témoigne l’ordonnance de l’évêque de Cambrai réglant la gestion des bois de la châtellenie du Cateau-Cambrésis en 1619 : « Item au regard des mouches a miel qui viennent a sahoupper [s’agglomérer] en nosdit bois quiconcque les prendra desrobera ou emportera sera puny criminellement comme pour cas de larchin » (ADN). Ce statut particulier n’est pas nouveau, on le trouve mentionné au XIIe siècle dans un accord de partage des propriétés et usages (haies de Fourmies, Cartignies, et Catelaine) entre l’abbaye de Liessies et le seigneur d’Avesnes.
Le potentiel faunistique qu’offre le territoire de l’Avesnois est riche et diversifié. Il a constitué à travers la chasse un véritable enjeu social.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.