La forêt, une formation végétale?

La notion de forêt est complexe et objet de nombreux débats : elle définit à la fois le cœur de l’objet naturel, ses marges, son caractère ancien ou récent et sa structure (surface, densité,…). Au-delà de cela, il ne faut pas oublier le caractère temporel, dynamique et profondément humain de ce milieu[1].

Définir la forêt dépend de l’approche de celui qui l’observe ;  un écologue la caractérise avant tout comme une formation végétale, le chercheur en Sciences Humaines et Sociales (SHS) l’appréhende en fonction de son objet d’étude : l’Homme. Aujourd’hui, ces deux points de vue se sont associés  apportant ainsi un nouveau regard…. La forêt n’est plus  perçue de nos jours comme une formation végétale « naturelle » mais comme le produit d’un héritage provenant des actions humaines dans le temps. Ainsi la dimension historique trouve là toute son importance.

Dans La France des forêts[1], l’Office National des Forêts définit ainsi la forêt : « dans un environnement (climat, sol,…) qui forme son décor, l’écosystème forestier met en scène une multiplicité d’acteurs, grands et minuscules végétaux et animaux, dont les interactions varient à l’infini »[2]. Les ensembles complexes formés par la biocénose (association d’organismes vivants) et par leur milieu suffisamment homogène (biotope) déterminent les écosystèmes forestiers.

La forêt se caractérise par une organisation spatiale spécifique et une dynamique dans le temps. Lorsqu’un terrain est mis à nu (écobuage, déforestation,…) la végétation présente une progression en différents stades de formation.

Dans un premier temps, le sol nu est colonisé par un cortège pionnier d’espèces annuelles puis apparaitront les espèces de friches dites vivaces[3]. Cette friche laissera par la suite apparaître d’autres vivaces et les premiers buissons, qui par leur développement prendront la forme d’un fourréEnfin, les premiers arbres s’installent, et deviendront un véritable couvert forestier après plusieurs décennies[4].

Les écosystèmes forestiers présentent deux caractéristiques spécifiques : la verticalité des arbres permettant une stratification bien exploitée par la faune et la longueur du cycle forestier « tout au long duquel les paramètres écologiques évoluent de façon continue ou par crise »[5].

Au cours de la vie d’une forêt, plusieurs dysfonctionnements peuvent apparaître d’origine humaine ou non (interception de la lumière, compétition pour l’eau, guerres,…), ce que Jean-Jacques Dubois appelle une sylvoséquence[6], mais l’écosystème possède un équilibre dynamique qui lui permet de s’adapter aux changements. Bien sûr, tous n’ont pas la même faculté de résistance à une agression, certains sont plus fragiles.

Chaque écosystème dispose d’un environnement particulier formé de conditions climatiques et édaphiques. Il en résulte une très grande variabilité des écosystèmes forestiers. Le climat par exemple est essentiel dans la répartition et le fonctionnement des écosystèmes (l’homogénéité climatique d’une région s’exprime par la dominance d’une essence spécifique dans les formations boisées)[7]. La forêt se constitue un climat interne ou microclimat « permettant le développement du sous-bois, et dans une plus grande mesure de l’arbre » [8]. Elle modifie ainsi les données énergétiques et conditions hydriques.  En retour, la forêt « influence les conditions climatiques locales et régionales : elle modifie l’humidité de l’air, la pluviométrie et pèse sur la dynamique de l’atmosphère »[9].

Le sol, quant à lui, est le support sur lequel s’enracinent les végétaux : il apporte l’eau et les minéraux nécessaires. Les prélèvements effectués par les végétaux sont compensés par « l’altération de la roche sous-jacente » qui réapprovisionne le sol par le biais de la décomposition de la litière[10]. Ainsi un très grand nombre de micro-organismes (bactéries, champignons,…) présents dans le sol joue un rôle non négligeable pour la forêt. La richesse du sol influence la croissance des espèces.  Il exerce un « tri » des espèces qui confrontent leurs exigences et tolérances écologiques avec les caractères physico-chimiques qui leur sont offerts. Plusieurs obstacles peuvent cependant empêcher la croissance de l’arbre : la faible épaisseur du sol, la permanence de nappe d’eau (asphyxie)… créent de mauvaises conditions pour un sol forestier.

Ce qui caractérise l’écosystème forestier et qui en fait son originalité est sa stratification, on peut distinguer 4 strates :

  • Une strate de plantes sans fleurs (mousses, lichens,…),
  • Une strate herbacée,
  • Une strate arbustive à deux niveaux,
  • Enfin une strate arborescente tantôt uniforme, tantôt à plusieurs niveaux.

Une espèce peut ainsi participer à plusieurs strates au cours de sa vie en fonction de la luminosité.

La forêt héberge un grand nombre d’espèces de champignons. Ils s’installent à tous les niveaux de l’écosystème : le sol, la litière, le bois mort, les souches, les fleurs, les feuilles,…. Si certains sont quasi imperceptibles, d’autres peuvent être très volumineux. Longtemps les champignons ont été considérés comme des parasites pour l’arbre, ce qui n’est vrai que dans de rares cas lorsque l’état sanitaire de ce dernier est très mauvais. Les champignons et les arbres s’apportent des nutriments mutuellement.  Le tapis muscinal, a un rôle non négligeable dans le cycle de l’eau, il se gorge d’eau en période humide pour ensuite la restituer peu à peu. Certaines espèces de mousses concentrent les métaux lourds et indiquent de ce fait le degré de pollution de l’air. Les lichens sont les premiers colonisateurs des roches, éboulis, zones sableuses. Leur abondance révèle souvent une humidité atmosphérique élevée[11].

La strate herbacée, quant à elle, se réduit à un nombre adapté d’espèces privilégiant les mêmes conditions de milieux. Cette strate est un bon indicateur de la nature du sol pour les gestionnaires, par exemple l’ail des ours préfère les sols frais et riches, tandis que la canche flexueuse se trouve sur sol acide[12]. Mais le tapis herbacé varie de manière conséquente en fonction de la structure forestière (lumière, humidité,…), de l’essence et de l’âge du peuplement (forêt ancienne/forêt récente).

Enfin ce sont les arbres qui organisent verticalement la strate arborescente en fonction de leur degré de développement, leur ramification, leur taille, et du processus de compétition : « la strate arbustive oscille entre un et sept mètres. On y trouve de jeunes arbres et des espèces spécifiques réunis sous la dénomination de mort bois »[13]. Leur composition dépend beaucoup de la lumière exemple : le genêt à balais est une plante héliophile contrairement au houx qui est un arbuste sciaphile. La présence de mort bois assiste la régénération des arbres ou au contraire gêne le développement des semis. L’écosystème forestier abrite également un certain nombre d’espèces animales qui parcourent parfois aussi les champs et les prairies. Chaque population possède ses propriétés et son fonctionnement propre qu’elle exerce à l’intérieur d’un habitat judicieusement sélectionné.

La forêt est ainsi un élément dynamique spatialement en mouvement dans le temps. Une évolution positive (augmentation de la superficie boisée) ou son contraire n’est pas le seul fait de facteurs abiotiques ; l’homme transforme, peut créer dans certains cas une dynamique positive de l’écosystème forestier.

Au regard de cette relation complexe entre l’homme et le milieu forestier, les chercheurs se sont aventurés depuis plus d’un siècle à comprendre les aspects écologiques de la forêt mais aussi, et surtout, les liens qui régissent l’homme et la forêt.

[1] Office National des Forêts (ONF), La France des forêts, Paris, Guide Gallimard, 2001

[2] ONF, 2001, Op. Cit p.60

[3] Ibid.

[4] Conservatoire national botanique de Bailleul, 2011, Op. Cit, p.17

[5] ONF, 2001, Op. Cit p.60

[6] DUBOIS (Jean-Jacques), Espaces et milieux forestiers dans le Nord de la France : étude de biogéographie historique, thèse d’Etat sous la direction de Philippe Pinchemel, Paris, 1989

[7] ONF, 2001, Op. Cit p.60

[8] Ibid.

[9] Ibid.

[10] Ibid.

[11] Ibid.

[12] ONF, 2001, Op. Cit., p.64

[13] Ibid.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.